Restrictions pour les emplois dans la fonction publique et pas de hausse de salaire

Le Gouvernement prépare de nouvelles mesures restrictives concernant les emplois dans la fonction publique, et les administrations publiques, c’est ainsi que la première  ébauche   des orientations relatives a la loi de finances 2018,  relève une tendance a prévaloir un tour de vis pour la création des emplois, le ministère des finances a adressé une correspondance sous le numéro 605/MF/ 2017,aux ordonnateurs du budget de l’état, par le truchement d’une notre d’orientation relative a  la préparation de lavant projet de loi de finances et de budget de l’état pour2018,qui s’inscrit dans une démarche inhérente a un impératif  de soutenabilité a moyen terme 2018- 2020, et qui s’impose, face a la persistance des tensions induites par la dégradation des revenus liés a nos échanges extérieurs.

Par ce constat, le ministère des finances, exhortent les ordonnateurs a s’inscrire dans une démarche, visant a poursuivre les efforts pour une maitrise plus vigoureuse des dépenses de fonctionnement a travers, notamment une meilleure productivité des dépenses de personnel et une rationalisation des couts de fonctionnement des services et de lutte contre toute forme de gaspillage, tout en veillant  a préserver la qualité du service public offert aux usagers.

Ainsi, des instructions ont été données, afin que le budget de fonctionnement tienne compte des orientations suivantes :

Pour les dépenses de personnel :

Maitrise des recrutements, à travers

  • Eviter toute proposition de création de  nouveaux postes budgétaires ; à l’exception de ceux dédiés a titre exceptionnel, par les pouvoirs publiques.
  • Privilégier, à chaque fois que possible, les redéploiements intra et intersectoriels des postes budgétaires existants.
  • Procéder au remplacement d’un poste sur cinq   (1/5) rendus vacants, y compris pour les départs en retraite. Dans ce cadre, les ordonnateurs sont invités à faire accompagner leurs prévisions, d’un état  des postes rendus vacants suite aux départs à  la retraite, démission, révocation, et décès.
  • Le produit de la formation au 31/12/2017, et les promotions statutaires devront impérativement faire l’objet d’une prise en charge sur les postes vacants, le dimensionnement des promotions d’agent à former devra être arrêté en conséquence.
  • Pour les traitements et salaires y compris les primes et les indemnités
  • Prévoir l’augmentation nécessaire de la seule prise en charge de l’avancement statutaire du personnel dans la limite de  1.5%.
  • Inclure l’incidence financière éventuelle induite par l’extension en année pleine  des recrutements opérés en 2017, ainsi que les prévisions pour les deux années qui suivent.
  • Prestations à caractère familial et sécurité sociale : les crédits y afférents feront l’objet d’ajustement en corrélation avec les évolutions des rubriques  citées précédemment.

En conclusion, le gouvernement est en passe de réduire encore plus lepersonnel de la fonction publique, de ne pas renouveler les postes vacants a l’exception de cas particulier de réduire le fardeau de la masse salariale, il opère tout aussi un tour de vis , en écartant toute possibilité de hausse des salaires, la dernière hausse du SNMG s’est opéré en 2012, et le gouvernement aéconomisé environ 60 milliards de Dinars l’année dernière, notons que lamasse salariale de la fonction et l’administration publique qui compte 2.6 millions représente 48% de la masse globale, le gouvernement a établi un plafonnement des dépense de l’ordre de 4500 milliards de Dinars.et le budget de l’état a 6800 milliards de Dinars

    

 

إضافة تعليق جديد